15 Mai 2016

Posted by in a la une, Edito | 1 Comment

Une fin de règne houleuse…

Une fin de règne houleuse…

Pour sa fin de mandat avec le Stade Brestois 29, Alex Dupont n’y est pas allé avec le dos de la cuillère : des supporters à Martial Goarnisson, en passant par Yvon Kermarec et Jean Costa, tout le monde en a pris pour son grade… Décryptage.

Episode 1 : Dupont contre les supporters

Alors que les supporters se préparaient à terminer la saison dans un esprit plutôt festif, Alex Dupont lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match a mis le feu aux poudres, cherchant manifestement la petite bête… Conseiller à une quinzaine de supporters d’aller faire un stage au Roudourou  n’est pas forcément la meilleure chose pour permettre de clôturer la saison dans un relatif apaisement, tout le monde pourra en convenir…. Posons-nous aussi la question de comment des propos aussi polémiques ont pu être diffusés aussi facilement sur la Web TV du club

S’en suit, le jour du match, un chant de la RDK « Dupont, Guingampais, va te faire e…… ». Ce chant sifflé par une partie de la Arkéa et de la Foucauld (Certains semblent avoir oublié que Dupont avait nargué,  dans la presse,  les « esthètes » de cette même tribune) est insultant, c’est indéniable, et on peut évidemment comprendre que certains ne l’acceptent pas. Mais tout n’est pas tout blanc, ni tout noir, bien au contraire.

Ces derniers mois ont été éprouvants et dans un climat délétère. Et si l’ex-coach stadiste se plaint régulièrement des insultes dont il fait soi-disant l’objet (c’était la première fois que des chants insultaient réellement Alex Dupont, vendredi dernier), il n’en est pas en reste. Lui aussi avait participé à ce genre de joutes verbales, en Mai 2015, face aux Celtic Ultras venus exprimer leur mécontentement à Pen Helen.  D’autres provocations sont aussi à mettre à son actif….

La Tribune Kemper est turbulente, parfois borderline, mais toujours passionnée, comme l’évoquait Foot29 vendredi dernier. La réaction de la RDK aurait pu donner, pourquoi pas, un avantage au coach brestois dans la guerre quasi-psychologique qui l’oppose à une partie du microcosme stadiste. Néanmoins, à l’issue du match, un événement est venu mettre un peu plus de médiocrité dans cette affaire…

Episode 2 : Dupont contre Martial Goarnisson

Avant le point presse d’après-match, visiblement hors de lui, Alex Dupont s’en est violemment pris à un journaliste bien connu des travées de Francis. Le natif de Dunkerque a agrippé notre collègue, tout en le menaçant de lui « péter la gueule » s’il ne quittait pas la zone mixte. On ne citera pas, par décence, les noms d’oiseaux hurlés par Sir Alex au cours de ce triste épisode. La raison de toute cette haine ? Des articles certainement un peu trop critiques à son goût.

Le tout s’est passé en direct, sur France Bleu Breizh Izel, où, de la zone mixte, Thomas Lavaud tenait sa traditionnelle émission d’après match. Ce dernier, à l’antenne, manifestement effaré par un tel comportement a dénoncé « un pétage de câble d’Alex Dupont » et « des mots inacceptables de prononcés ». Par ailleurs, de nombreux messages de soutien ont fleuri sur les réseaux sociaux et sur notre forum pour soutenir Martial Goarnisson.

Néanmoins, comme dans l’affaire des propos polémiques de Dupont sur les supporters, un élément est à mettre en exergue : l’absence de réaction du club. Pour l’heure, le SB29 n’a pas communiqué à ce sujet, ce qui est, à notre sens, dommageable. Il est incompréhensible que les dirigeants du Stade Brestois ne réagissent pas sur cet épisode, en ne condamnant pas l’attitude scandaleuse qu’a eue Alex Dupont.

Episode 3 : Dupont contre Yvon Kermarec

Ultime rebondissement dans cet épilogue sans fin, où Alex Dupont aura, une nouvelle fois, réglé ses comptes… Samedi, dans les colonnes de Ouest-France, le « technicien » regrette les décisions prises pour la saison 2015/16 par Yvon Kermarec, et plus particulièrement le fait que le recrutement ne lui incombait plus, tout cela au profit de Jean Costa, nommé responsable recrutement l’été dernier. Et si, Costa, n’a pas un bilan bien reluisant, on peut quand même s’interroger sur plusieurs points.

Alex Dupont, lors des deux premières saisons, a eu aussi connu beaucoup d’échecs en terme de recrutement (Pandor, Sea, Doumbia, Laborde, Cuvillier, Ranneaud, Samassa, Belghazouani, etc…) et il fallait bien changer quelque chose à ce niveau. Kermarec a donc tenté un coup de poker, qui a échoué, certes. Mais une chose est sûre, de facto, ce sont les erreurs de casting de Dupont et de l’équipe de recrutement qu’il avait mis en place qui ont entraîné ce changement de stratégie…

On a vu Yvon Kermarec, au cours de ses trois années de mandat défendre bec et ongles Alex Dupont, parfois seul contre tous. Il se pose donc la question de la loyauté du coach vis-à-vis d’un homme qui n’a jamais critiqué publiquement ses choix, par ailleurs. Si nous avons été souvent critiques vis-à-vis de la présidence, nous ne comprenons pas pourquoi de telles déclarations apparaissent aujourd’hui dans la presse. Dans quel objectif, si ce n’est de faire perpétuer le bazar dans un club qui est en quête de sérénité ? Une fois encore, Sir Alex a tenté de se dédouaner, mais là, l’excuse était tout de même un peu grossière.

Mais ne soyons pas ingrats (poke Yvon Kermarec)… Bon vent M. Dupont ! Toute l’équipe d’Allez-Brest.com vous remercie de nous avoir fait regoûter à l’élite, on n’a pas de soucis avec ça. On aurait aimé que tout cela se passe autrement, mais tant de mots, tant de choix incompréhensibles (Cf. Grougi sur le banc face à Auxerre) ont fait que ces trois années ont été un échec cuisant. L’incompréhension entre une partie du club et les supporters était abyssale. La fin de votre mandat est à l’image de cette saison : chaotique. Le Stade Brestois vaut bien mieux que ça.

Néanmoins, une nouvelle espérance est née, celle d’un club apaisé où supporters et dirigeants peuvent discuter sereinement. L’objectif principal pour la saison prochaine sera très certainement de faire reprendre au public le plaisir de venir à Francis-Le Blé. Les belles paroles de la nouvelle présidence devront donc être transformées en actes. Le public brestois a bien trop souffert des querelles et des fausses promesses.

Allez Brest, bordel !

 



  • johnny122

    « Les histoires d’amour finissent mal ». J’ai trop vibré avec Alex pour lui en tenir rigueur.

    Le recrutement pose question par contre. Dépend-t-il réellement d’un seul homme ?
    La plupart des clubs pros recrutent maintenant sur base de données avec décision collective pour trancher…