13 Juil 2016

Posted by in a la une, Resumes | 0 Comments

Les enseignements de Brest – Alger

Les enseignements de Brest – Alger

Au terme d’un match maîtrisé de bout en bout, malgré une équipe largement remaniée à la mi-temps, les Brestois n’ont pas pu faire mieux que le match nul (1-1) face au champion algérien, l’USM Alger. Le score importe peu, bien sûr, et l’équipe dessinée par Furlan pourrait beaucoup changer dans les prochaines semaines, mais on peut tout de même tirer quelques enseignements de cette opposition.

Compo MT1 : Léon – Belaud, Vandam, Castan, Nganioni – Jacob, Sissoko – Lavigne, Grougi, Pelé – Joseph-Monrose.

Compo MT2 : Léon – Doumbia, Vandam, Chardonnet, Keïta – Tié Bi – Henry, Jacob (Sissoko, 69e), Magnon, Nkololo – Adnane.

Les temps forts

21e But de Bouderbal

37e

46e But de Magnon

Un jeu de possession

Le ballon n’a que très rarement quitté le pied des Brestois, un cran plus haut que leurs adversaires du soir. Il n’y avait pas le feu pour autant dans la défense maghrébine : choix délibéré d’attendre les Rouge et Blanc ?
Les Tyzefs ont très majoritairement privilégié le jeu au sol, ça change considérablement de l’ère Dupont. Plus les Brestois approchaient du but et plus les déchets étaient importants, c’est donc encore un peu trop stérile, mais il reste du temps pour s’améliorer.
Pour les amateurs de tactique, on notera qu’en phase de possession, un des six n’hésite pas à porter main forte à sa défense centrale, formant ainsi une rampe de lancement à trois et libérant les deux latéraux, invités à élargir le jeu.

Les joueurs

Les satisfactions
– Belaud, en première, et Henry, en seconde, par leur activité, dans des styles différents. Dans les deux cas, il y avait beaucoup de déchets, mais on est sûr que l’équipe pourra s’appuyer sur le néo-capitaine et que le second mettra un peu de folie quand nécessaire.
– Magnon, auteur d’une jolie lucarne et d’un très bon début de deuxième période. S’est un peu éteint ensuite.

Le point d’interrogation
– Doumbia a joué arrière droit en deuxième mi-temps et a passé son temps à mordre la ligne de touche. Consigne de Furlan pour écarter le jeu, probablement, mais le résultat est qu’il s’est fait oublier par ses adversaires certes, mais aussi par ses coéquipiers…

Les recrues

En première période, la défense était constituée de deux recrues (Castan et Nganioni) et d’un joueur à l’essai (Vandam). Seul ce dernier jouait encore après la pause. Peu sollicités par l’équipe d’Abel Khaled (rentré, de manière fantomatique, dans les dix dernières minutes), les défenseurs n’ont pas eu la vie dure. Les centraux ont joué simplement, à base de passes courtes, Castan allongeant de temps en temps le jeu. Pas de ballon balancé cela dit, les longs ballons avaient surtout pour but de renverser le jeu ou lancer un ailier en profondeur, ce qui a manqué en deuxième période.
Si Vandam a fait plutôt un bon match, même si prudent, il est aussi coupable sur l’ouverture du score, avec une perte de balle fatale.
Quant à Nganioni, il ne fait pas de doute que son explosivité pourra être utile. Reste encore à faire les appels dans le bon tempo pour pouvoir centrer. Le but algérien profite d’une absence à son poste, mais on ne pourra pas lui en vouloir, car il est consécutif d’une perte de balle, alors que le latéral était monté apporter son soutien offensif.
Dernière recrue alignée, Lavigne, buteur face à Metz, s’est montré plutôt discret dans les derniers mètres, mais a bien combiné avec Belaud et Grougi.

Des points à améliorer

En général, l’animation offensive reste timide et le nombre d’occasions est faible, même si quelques unes d’entre elles sont franches (voir Temps forts).
Le jeu est resté bien trop souvent coincé sur un côté sans parvenir à déstabiliser l’adversaire. Grougi, meneur en première période, permettait quelques orientations de jeu, mais il n’a pas trouvé d’équivalent en deuxième partie de match.

Crédits photo : JS Le Berre.