29 Juin 2016

Posted by in a la une, Edito | 3 Comments

Joueurs : laissez-vous tenter par Brest !

Joueurs : laissez-vous tenter par Brest !

A première vue, Brest ce n’est pas glamour. C’est la pluie, la distance vis-à-vis du reste du territoire, un vieux stade, aucun titre de champion … Diable, vous avez donc en tête une image bien écornée et faussée de la réalité ! Prenez le temps de lire ce papier. Ensuite, nous verrons pour parapher votre contrat dans la foulée, car vous serez conquis, sans nul doute.

Brest, Avec ses 140.000 habitants, elle est la 25ème commune en terme de population. Deuxième port militaire du pays, la ville est tournée vers la mer depuis plusieurs siècles. L’identité actuelle de la ville s’en ressent encore. Cité de caractère, elle n’en demeure pas moins méconnue.

Pourtant, rares sont les villes qui restent autant dans le cœur de ceux qui y sont passés.

Les anciens en parlent en bien.

Alors oui, vous allez nous traiter de chauvins, et remettre en question notre objectivité. C’est pourquoi nous avons d’abord laissé la parole aux joueurs passés par le club. Leurs témoignages dans les médias, plusieurs années après leur passage, en disent long. Nous avons pris l’exemple de deux joueurs vedettes des dernières années, partis vivre leurs aventures dans des clubs plus « huppés ». Malgré l’évolution de leur carrière, il n’ont rien oublié des années à la pointe du Finistère.

Nolan Roux à propos de Brest se souvient : « C’est vrai que ça fait partie de mes meilleurs souvenirs. Quand on me remontre un but que j’ai marqué à Le Blé, je ne regarde pas l’image, je tends l’oreille pour entendre la clameur du public. Je n’ai pas encore eu ça à Lille. »
« Mais si un jour j’ai la possibilité de revenir à Brest, je le ferai. Je l’ai toujours dit. C’est une vraie ville de foot. Un passage important dans ma carrière. Ça étonne d’ailleurs les gens qui me demandent quel est mon meilleur souvenir. Ils s’attendent à ce que je leur parle du Bayern ou d’un autre gros match. Moi, ma plus belle émotion, c’est la montée avec le Stade Brestois. »

Son ancien compère dans les buts lillois, désormais au GFC Ajaccio, a passé 7 ans à Brest.

Steeve Elana : « Et le football dans tout ça ? Si le gardien lillois n’en a pas fini avec sa carrière de joueur, il sait déjà où il vivra quand il raccrochera. « À Brest. Dans ma tête, je suis Brestois. C’est pour ça qu’on a investi ici. Il y a une qualité de vie à Brest que je n’ai pas trouvée ailleurs. À Lille, à part Nolan (Roux, NDLR) les gens sont surpris quand je leur dis ça. »

Ils ne sont pas les seuls à porter Brest dans leur coeur. En vrac, quelques déclarations d’anciens joueurs, ayant porté le maillot Brestois à des moments différents de son histoire.

Benoît Lesoimier : Lesoimier aura passé cinq saisons à Brest. Et s’en ira des souvenirs plein la tête. Lui, emploie toujours le conditionnel : « Si je pars, j’aurai de super souvenirs. Notamment l’année de la montée avec un groupe et une ambiance exceptionnelle dans le stade. Et l’année suivante aussi, quand, sur l’euphorie de la montée, on se retrouve leader (après un succès contre Saint-Etienne, 2-0, lors de la 11e journée). C’était fantastique et c’est pour ça qu’on joue au foot. Quand tu arrives comme adversaire, tu t’en rends compte, Le Blé, c’est un petit chaudron, un petit « Sainté ». Avec des supporters qui ne lâchent pas et ça nous a encore aidés cette année. En tout cas, quoi qu’il se passe, à Le Blé, j’y reviendrai, en adversaire sans doute ».

Oliver Auriac : « Ce qui m’a étonné à mon arrivée, c’est la ferveur populaire qui existait autour du Stade Brestois. Les gens ont créé une belle ambiance. Les populations bordelaises et brestoises sont différentes. Il y a un côté plus populaire à Brest »

Alexis Thébaux : « Je garde d’excellents souvenirs au niveau des supporters. »

David Ginola : « Avec Brest, nous avons réalisé des performances fabuleuses. J’ai le souvenir de voir Francis Le Blé en ébullition ! Ce stade est vraiment extraordinaire par ce qu’il véhiculait ! J’ai le sentiment que mon séjour à Brest était écrit, fallait que j’y passe. Les Brestois sont des gens extras ! Brest, c’est vraiment une terre de foot … C’est fou ! »

Le coin est superbe

La région brestoise recelle de coins tous aussi charmants les uns que les autres. De la Pointe Saint-Mathieu, au Petit Minou en passant par maison blanche, il y a de quoi se faire plaisir autour de la cité du ponant. Allez, pour vous faire saliver, quelques clichés des futurs endroits que vous allez bientôt explorer… :

14735-france-Finistere-Phare-du-Petit-Minou-Plouzane-rade-de-Brest-panorama-sentucq.h[1]

Petit Minou (Plouzané)

00308[1]

Pointe Saint-Mathieu (Plougonvelin)

le chateau et le jardin des explorateurs à Brest

Jardin des Explorateurs (Brest même)

penfoul

Penfoul (Landunvez)

valparaiso-portugal-mediterranee-chacun-y-va-de-sa_1997998[1]

Maison-Blanche (Brest même)

Vivre au bord de la mer est un atout incroyable. Vous pourrez assister aux fêtes maritimes qui se déroulent tous les 4 ans, qui accueillent les plus beaux navires qui voguent sur nos océans. C’est pas à Créteil ou à Tours que vous verrez un tel spectacle.

En 2012, la grande majorité de l’effectif brestois s’était rendu sur le port, en famille, afin de participer à cette grande fête populaire.

3_2[1]

Il ne pleut pas tant que ça à Brest !

Brest est bien connue et facile à placer sur la carte de France du fait de sa position atypique. Souvent appellée « Porte de l’Atlantique », elle semble excentrée du reste du pays.
Aussi, une image lui colle à la peau, celle de ville où il pleut tout le temps. Foutaises ! Il pleut par exemple 16 jours de plus par an à Bordeaux. De plus en terme d’abondance de précipitations, Brest ne figure même pas dans le top 10. Et bien, quand bien même si il pleut, on pourra, au moins, ne pas vous reprocher de ne pas mouiller le maillot..

Un stade à l’Anglaise

En cette période d’Euro 2016, vous pouvez tous observer les magnifiques stades flambants neufs construits à l’occasion de la compétition dans nos grandes métropoles. Pourtant, à Brest, on fait de la résistance. Pas d’enceinte ultra-moderne, sans âme. Pas de boutiques intégrées, pas de piste d’athlétisme. Non, ici, la tribune des Ultras est située 1 mètre 50 derrière le but. Vieux de près d’un siècle (construction en 1922), le stade Francis-Le Blé est un stade bien atypique, dans lequel vous prendrez plaisir à évoluer. L’ambiance qui règne dans ce stade d’une capacité moyenne (environ 15.500 places), donne à cette enceinte un caractère bien particulier.

Ici, le chant bien connu « C’est tout le stade, qui va s’enflammer », n’est pas à prendre au second degré.

42230510[1]

Et puis, honnêtement, vous en connaissez d’autres vous des stades qui ont vue sur la mer ?

BuNtGETIgAAC329

Brest, c’est un club avec une histoire. Si les trophées manquent au palmarès, de bons joueurs ont porté nos couleurs. Soyez-en dignes.

Cette saison, il y aura du foot !

Ce n’est pas nous qui le disons, c’est le Stade Brestois. Pour sa campagne d’abonnement le SB29 a axé sur les idées de jeu offensives prônées par le nouveau coach, Jean-Marc Furlan. Alors, toi, joueur, qui en a un peu marre de faire le dos rond chaque week-end avec un coach qui te répète sans arrêter de ne pas prendre de risques, viens t’éclater chez Francis, passe à l’attaque ! Et puis, les conditions seront optimales pour bien jouer au ballon avec notre gazon hybride flambant neuf…

PASSAT

Car Brest, c’est différent.

Beaucoup d’anciens joueurs parlent du Stade Brestois comme d’un club familial, à taille humaine. Ici, pas de stars, pas de paillettes. Mais simplement une ville qui attend que son équipe se défonce pour ses couleurs. Si tel est le cas, vous deviendrez des héros. Bruno Grougi, par exemple, n’est pas le meilleur footballeur de la planète. Il n’a jamais rien remporté dans sa carrière, pourtant, ici à Brest, il est incontournable. Les gens qui ne connaissent pas le foot ont déjà entendu parler de lui. Il fait partie de la ville. Un groupe de musique a même crée une chanson en son honneur. Pas de doute, cette ville a de l’amour à donner à ses footballeurs.

Ici les gens ne viennent pas pour l’adversaire, mais pour vous. On peut être 8.000 contre le PSG de Ibra et consorts, et 10.000 contre Châteauroux …

Aussi, vous pourrez vous imprégner de l’esprit brestois, de son histoire, de son port, de sa population. L’accent y est prononcé, le caractère bien trempé. Bon après, il vous faudra peut-être un temps d’adaptation pour comprendre le « parler bressôa », c’est vrai qu’on mange un peu les syllab’…

Afficher l'image d'origine

Depuis quelques années, la ville est en pleine évolution, en pleine modernisation. En terme de logistique urbaine, le Tram est neuf, le téléphérique sera inauguré dans l’année. De nouveaux quartiers voient le jours … Vous n’êtes pas dans le Nord ou dans l’Est, ici, ça bouge, ça évolue, ça vit, ça boit aussi (mais pas vous hein, on veut quand même des gars irréprochables. Par contre, pas de souci, on vous paiera une mousse en fin de saison si l’épilogue est heureux.)

Nous avons dressé un portrait de la ville, qui ne demande qu’à être complété …
On vous laisse découvrir les autres atouts et charmes. On ne va pas vous mâcher tout le boulot … Bienvenue à Brest.



  • Ponant & Ponand

    Super article à envoyer à ifremer paris…

  • Didier B.

    Bravo pour ce superbe article où il n’y a strictement aucune exagération!!!!
    Brest, c’est le pied.

  • Jhenri Gaule

    Brestois expatrié en Loire Atlantique, je cautionne complètement cet esprit brestois que l’on ne retrouve pas ailleurs. Soyons fiers et défendons nos couleurs… ALLEZ BREST