Allez-Brest.com - Forum Stade Brestois et actualité brestoise
http://www.allez-brest.com/forum/

Fanch Yvinec dans le télégramme
http://www.allez-brest.com/fanch-yvinec-dans-telegramme-t8380-30.html
Page 3 sur 4

Auteur:  WHITE AND BLACK [ Ven 10 Fév, 2006 16:31 ]
Sujet du message: 

Ba Yvinec si il a des infos à donner sur Le Graet , il a qu'à les donner .

Vous allez pas me faire croire que depuis l'Espagne , le président d'un modeste club de L2 lui fait peur à ce point .

Si il veut rester un mythe pour certains , il sait ce qui lui reste à faire = récolter l'orange sous le soleil ibérique .

Il faut faire confiance aux actuels dirigeants .

Auteur:  Co-pdt_SM [ Ven 10 Fév, 2006 17:57 ]
Sujet du message: 

Si Cadiou est là ce soir, faudra lui demander ce qu'il en pense.

Come On Fanch !!!

Auteur:  lolol [ Sam 11 Fév, 2006 11:56 ]
Sujet du message: 

Allez Fanch, il est temps de rentrer à la maison, ça urge là. :o

Auteur:  Le Doc [ Sam 11 Fév, 2006 11:59 ]
Sujet du message: 

Yvinec président!!
C'est ma pancarte web.

La médiocrité actuelle est insoutenable.
Tarif Lamour-De Martigny pour la paire Goursat-Rust et démission de Jestin.

Auteur:  bert [ Mer 15 Fév, 2006 9:53 ]
Sujet du message: 

Rebelote. Petit article aujourd'hui de Yvinec sur les dérives tapie. Il parle de l'affaire de corruption sur Cabanas du transfert Ginola à L'om

François Yvinec. « Il était tellement puissant... »
François Yvinec, qui a présidé le Brest Armorique durant dix ans entre 1981 et 1991, a beaucoup ferraillé, par voie de presse notamment, avec l’OM de Bernard Tapie. Il en garde le souvenir d’une « puissance » hors du commun. Et raconte trois histoires qui ne manquent pas de sel.
« Si Tapie a inventé le dopage ou les matchs truqués ? Je ne peux pas dire cela. Je peux juste citer des faits. L’affaire Ginola ou l’affaire Cabanas (lire plus loin) sont parfaitement claires. Pour moi, c’est clair, il y avait une organisation à Marseille. Il y a des tas de gens qui savent mais qui ne disent rien, parce que ça leur coûterait trop cher. A l’époque, l’influence de Tapie était énorme, tant dans le monde politique que dans celui du foot. Il était l’ami de Charasse, le ministre du budget, il avait ses entrées à l’Elysée...».
CURIEUX REPORT. « Un jour, la Ligue nous demande de reporter le match Brest-OM pour faciliter la préparation des Marseillais à un match de Coupe d’Europe. J’ai refusé. J’ai alors été sollicité de toutes parts. Même Claude Bez (NDLR : le président de Bordeaux) a essayé de me convaincre. Il m’a dit "tu ne peux pas t’imaginer à quel point il est puissant". Tapie lui aurait promis de régler ses problèmes (Bordeaux, en proie à un déficit abyssal, allait déposer son bilan) s’il parvenait à me convaincre. Finalement, c’est la Fédération, même pas la Ligue, qui a décidé du report au nom de l’intérêt supérieur du football français ».
L’AFFAIRE CABANAS. « Deux jours avant le match Brest-Marseille (saison 89-90), Roberto Cabanas a reçu un coup de fil d’un agent, qui lui proposait de l’argent s’il se retirait au bout d’un quart d’heure. Roberto nous en a parlé la veille du match, à Brignogan. Ce jour-là, la femme de Roberto a reçu un autre appel. Elle a reçu des menaces. Elle avait peur. On n’a rien dit à Roberto, on est allé la chercher et on l’a emmenée chez des amis. Le lendemain, le jour du match, on a vu arriver à Brignogan une grosse Mercedes. Ils étaient trois et ont demandé à voir Roberto. Ils l’ont vu au bar et ont proféré des menaces physiques. Roberto a répondu le soir même. En marquant deux buts » (NDLR : Brest avait gagné 2-1). De mon côté, j’ai écrit au président de la Ligue, Jean Sadoul. Mais il n’y a pas eu de suite ».
LE TRANSFERT DE GINOLA . « C’était en mai 1991. Nous n’étions pas encore relégués en D2. Depuis avril, il était acquis que je ne solliciterais pas un nouveau mandat au mois de juin. C’est Chaker qui prenait les commandes. Mais je restais pour expédier les affaires courantes. L’OM s’est intéressé à David Ginola. Un beau jour, j’ai eu un coup de fil d’un manager qui était en vacances en Grèce. Il me proposait 2,5 millions de francs (NDLR : 380.000 euros) en dessous de table si je signais les papiers pour transférer Ginola, qui était d’accord d’aller là-bas. J’ai alors répondu que je ne serais plus là en juin et que je ne voulais pas vider le club de sa substance. Mais Bernès (NDLR : le bras droit de Tapie à l’OM) m’a appelé à son tour pour me proposer la même chose. Finalement, l’offre est montée à 5 millions de francs ». Ginola ne partira pas. Il débutera la saison en D2 avec Brest avant de choisir le Paris SG après la liquidation judiciaire du club à l’automne.
Source : TELEGRAMME

Auteur:  alaisebreizh [ Mer 15 Fév, 2006 11:24 ]
Sujet du message: 

Quand on dit que l'OM est un club de Mafiosi ... Et encore, je pense qu'on ne voit que le sommet de l'Iceberg !
C'est triste de voir ce club, qui je pense n'avait pas besoin de ça (il faut avouer qu'ils ont eu leur âge d'Or, tout comme le Brest Armorique), faire des magouilles financières, et proférer des menaces physiques par l'intermédiaire de 'loubards' des docks Marseillais ! :lol:
Je suis tout de même heureux que Yvinec leur ait fait un beau pied de nez en ne cédant pas, ne cédant pas Ginola au club Phocéen pour des sommes considérables 'sous la table'.

Ca commence quand même à chauffer toutes ces révélations autour de l'OM ! :twisted:

Auteur:  Siemens [ Mer 15 Fév, 2006 11:25 ]
Sujet du message: 

Quelles bandes de mafieux ces Marseillais,gangrénés de toute part!!!

Auteur:  romjet [ Mer 15 Fév, 2006 12:40 ]
Sujet du message: 

Même si on respecte Yvinec, le transfert de Cabanas à Brest est assez rocambolesque aussi, ce fut assez comique son arrivé à Brest à l'époque.
Bref pas loin de la magouille non plus son transfert.

Enfin après c'est l'époque et le football des années 90 qui voulait ça aussi, c'était un autre temps.

Auteur:  joker [ Mer 15 Fév, 2006 23:45 ]
Sujet du message: 

romjet a écrit:
Même si on respecte Yvinec, le transfert de Cabanas à Brest est assez rocambolesque aussi, ce fut assez comique son arrivé à Brest à l'époque.
Bref pas loin de la magouille non plus son transfert.

Enfin après c'est l'époque et le football des années 90 qui voulait ça aussi, c'était un autre temps.



Magouille de la part de qui ? D' Yvinec ?
S'il y a eu magouille c'est de la part de l'America Cali et du milliardaire Miguel Rodriguez, propriétaire de la moitié des joueurs du club et de deux cents pharmacies en Colombie. Et, accessoirement, très influent au sein du cartel de Cali...si bien que le prix de Cabanas augmentait sans cesse pour blanchir l'argent de la drogue.
Je ne trouve pas ça comique du tout !

Auteur:  tyzef [ Jeu 16 Fév, 2006 0:04 ]
Sujet du message: 

Merci pour ces éclaircissements Joker !

Les marseillais sont bien les rois de la magouille !

Auteur:  joker [ Jeu 16 Fév, 2006 0:18 ]
Sujet du message: 

Bonilla, le ministre de la Justice Colombienne, qui a été le 1er à parler du blanchiment de l'argent de la drogue à travers le club de Cali, a été assassiné...

Auteur:  Jezzy 29 [ Jeu 16 Fév, 2006 0:18 ]
Sujet du message: 

N'empêche que l'anecdote de Cabanas à Brignogan ,je me souviens parfaitement la lire dans les colonnes de Ouest Fance à l'époque !!!!!
C'était passé proprement inapercu, c'est ça qui est dingue , Yvinec dit avoir fait une bafouille à Sadoul et sans suite évidement.
Mais c'est presque 20 ans après que ca resurgit comme quoi on se fout bien de nos gueules , les médias sont les premiers responsables , soit disant aux aguets pour un scoop , seulement c'était pas encore l'heure de faire tomber Tapie.
En fait je pense pas qu'il y ait que Marseille qui soit mafioso, .... tout était lié au monde politique c'est lui qui est pourri.

Auteur:  ifonly [ Jeu 16 Fév, 2006 1:57 ]
Sujet du message: 

http://www.parlonsfoot.com/archives/200 ... /#comments


L’OM SOUS TAPIE

15 décembre 1988. À la mi-temps de Nice-OM, les numéros 6 et 3 marseillais sont tirés au sort pour le contrôle antidopage. Papin (n°9) et Thys (n°2) se présentent au terme de la rencontre. Germain (n°6) et Di Meco (n°3) ont été remplacés bien avant le coup de sifflet final et ont quitté le stade… Avec une ligne de défense originale (ils prétendant avoir lu les numéros tirés au sort à l’envers), les dirigeants et joueurs phocéens s’en tirent en appel, contre une rallonge de l’amende.

20 mai 1989. Pendant que l’OM bat Auxerre 2 à 1, Lens, bon dernier de D1 (3 victoires pour 27 défaites), offre le titre aux Marseillais en tenant en échec le PSG (0-0). Les jours suivants, les Parisiens dénoncent le versement de primes par l’OM aux Lensois afin de les “sensibiliser” aux enjeux de cette rencontre.

18 octobre 1989. OM-AEK Athènes. Selon l’imprésario Ljubomir Barin, Jean-Pierre Bernès l’a chargé d’acheter les joueurs de l’AEK pour leur réception au Vélodrome. Les Grecs dans la combine devaient entrer sur le terrain avec les chaussettes baissées, mais l’arbitre leur ayant fait remonter dans le couloir des vestiaires, “Tapie est entré dans une rage noire”, racontera Barin au juge Philippon, dans le cadre de l’instruction sur le procès des comptes de l’OM (en 1997, portant sur la période 1987-1990).

21 octobre 1989. Le Girondin Didier Sénac fait état à son capitaine Patrick Battiston d’un coup de fil de son ami Philippe Vercruysse, avant le match Bordeaux-OM (3-0), l’invitant à provoquer un penalty sur Jean-Pierre Papin, contre une somme de 200 ou 500.000 francs (Sénac ne se souvient plus). Les deux joueurs concernés évoqueront ensuite une “plaisanterie” sans conséquence, et la Commission nationale de discipline ne donnera pas suite.

11 novembre 1989. Caen-OM (0-2). Jean-François Domergue, manager du SM Caen, admet avoir reçu, à deux reprises, des propositions de Jean-Pierre Bernès lui proposant 500.000 francs en échange d’une mauvaise prestation du gardien Philippe Montanier. Domergue affirmera à la CND qu’il n’a pas pris au sérieux “ces propos énoncés avec sourire et ironie”.

25 avril 1990. ASSE-OM (0-0). Quelques jours après le match, Claude Bez remet à la Commission nationale de discipline l’enregistrement (qu’il dit avoir acheté à des inconnus à l’aéroport de Marseille) d’une conversation téléphonique au cours de laquelle Bernard Tapie demanderait à Jean-Pierre Bernès d’intervenir auprès de Laurent Fournier afin qu’il ne joue pas à 100% de ses moyens. Deux mois plus tard, Fournier est transféré à Marseille. Faute de pouvoir identifier l’authenticité de la bande, la CND classe l’affaire.

24 mars 1990. Stade brestois-OM (2-1). Le président breton, François Yvinec, certifie que son attaquant Roberto Cabanas a reçu, la veille du match, un appel de l’agent Manuel Garcia, lui suggérant de simuler une blessure au bout d’un quart d’heure. Auteur des deux buts de son équipe, Cabanas dira n’avoir pas tenu compte de cette sollicitation.

6 novembre 1990. OM-Lech Poznan (6-0). Après le carton de l’OM en huitième de finale de C1, les dirigeants polonais affirment que leurs joueurs ont été drogués en buvant du jus d’orange au cours de leur séjour marseillais.

6 avril 1991. Spartak Moscou-OM (0-3). En enquêtant sur les comptes de l’OM quelques années après les faits, le juge Philippon découvre qu’avant la demi-finale de la C1 contre le Spartak Moscou, Jean-Pierre Bernès a demandé à l’homme d’affaires Jean-Louis Haguenauer (ami de Manuel Amoros et dirigeant d’une société d’import-export à Moscou) d’organiser la corruption des joueurs moscovites via des intermédiaires de sa connaissance (dont Vaguiz Khidiatouline, ancien joueur du TFC). L’OM l’emporte sur trois monumentales erreurs des défenseurs. Deux mois plus tard, 375.000 dollars sont versés par l’OM et aboutissent après un circuit complexe sur un compte dont est bénéficiaire Jean-Louis Haguenauer, lequel se chargera de la redistribution auprès des joueurs. La saison suivante, l’entraîneur du Spartak affirme que ses joueurs ont été achetés, mais après enquête, l’UEFA (qui n’entendra pas les joueurs) classe l’affaire.

15 décembre 1991. Les dirigeants rennais fulminent : leurs joueurs auraient bu du jus d’orange suspect dans leur hôtel marseillais… au point de s’endormir entre Marignane et Marseille.

7 mars 1992. L’OM bat Nantes à la Beaujoire. Jean-Jacques Eydelie affirme avoir été auparavant contacté par un joueur de l’OM lui déclarant “Je sais que, l’année prochaine, tu seras à Marseille, ce serait bien que, pour ce match-là, tu nous aides”. Eydelie dit avoir refusé, mais tout de même touché une “prime exceptionnelle” de 300.000 francs (en raison de la victoire marseillaise) quelques semaines après son arrivée à Marseille.

17 mars 1993. OM-CSKA Moscou (6-0). Guennadi Kostiliev, l’entraîneur russe, affirme que ses joueurs ont été malades en ingérant un thé frelaté et qu’il a reçu un appel téléphonique lui proposant de laisser filer le match en échange d’une forte somme d’argent. Plus tard, Kostiliev informera l’UEFA n’avoir jamais entendu parler de corruption autour du match perdu par son équipe au Vélodrome. Eydelie affirme qu’au match aller comme au match retour, les boissons des Moscovites ont été “trafiquées”.

21 Avril 1993. Bruges-OM (0-1). Deux jours avant le match, l’OM transfère 311.000 dollars via un compte en Suisse, vers une banque bruxelloise, où un intermédiaire belge, Michel Tincler, retire la somme en liquide. Il reconnaîtra avoir agi sur demande d’Alain Laroche (directeur financier du club), pensant, selon ses dires, toucher un dessous-de-table pour une transaction immobilière.

20 décembre 2003. Croyant démentir les accusations de Waddle et Cascarino sur les pratiques pharmaceutiques de l’OM des années 90, Bernard Casoni déclare au Monde: “On nous appliquait dans le bas du dos un pistolet à air comprimé qui comprenait plusieurs fléchettes, quatre je crois. Le but était de stimuler les glandes surrénales qui sécrètent naturellement des hormones. C’était plus psychologique qu’autre chose : il suffisait que tu fasses un bon match pour que tu aies envie de recommencer”.

http://kurt.Sport24.com

Auteur:  Saik [ Jeu 16 Fév, 2006 2:17 ]
Sujet du message: 

Tout ça c'est de la paranoïa, il ne s'est jamais rien passé 8)
D'ailleurs toutes les affaires ont été classées rapidemment, c'est une bonne preuve :lol:

Auteur:  Casual [ Jeu 16 Fév, 2006 12:58 ]
Sujet du message: 

sarko était trop jeune a l'époque...

Page 3 sur 4 Heures au format UTC + 2 heures
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
http://www.phpbb.com/